Parole d’entrepreneur

Entrepreneur depuis 2002, Sébastien Branchu a totalement changé de vie il y a quatre ans. Après avoir géré jusqu’à trois vidéos-clubs, il est devenu pâtissier en Charente-Maritime, en créant la Biscuiterie de Fort Boyard.

Avant de fermer son dernier vidéo-club, en 2013, Sébastien Branchu anticipe sa reconversion. « Je voulais me prouver que ce dépôt de bilan n’était pas de ma faute même si je n’avais pas été très clairvoyant », confie-t-il. Il a d’abord envisagé d’utiliser son fonds de commerce idéalement situé à Châteauroux pour se lancer dans la cigarette électronique ou dans la vente de jeux vidéo. Mais finalement, accompagné de l’association Second Souffle qui aide les entrepreneurs à rebondir après un échec, il trouve une formation de CAP Pâtisserie. « Je cuisinais chez moi un peu, en loisirs, mais je n’avais jamais eu aucune formation dans ce domaine », conte-t-il.

La biscuiterie artisanale a connu ses deux premières années une croissance de son chiffre d’affaires de 70 %. Son effectif oscille entre 2 et 5 salariés en fonction des saisons. Et, surtout, l’entrepreneur a des projets de développement. Il envisage de créer une gamme bio sous forme de snacking, exportable bien au-delà du département, avec pour objectif de désaisonnaliser son activité. « A partir du 15 septembre jusqu’au 1er avril, le chiffre d’affaires de ma biscuiterie est divisé par six, regrette Sébastien Branchu. J’espère qu’avec cette gamme bio, l’activité sera plus linéaire sur toute l’année. »

Sébastien Branchu

Je tiens à remercier l’Association Second Souffle, qui a permis à Pôle Emploi Cadres Bois Colombes, de réussir l’intermédiation de certains profils en rupture dans une carrière, en échec d’une création d’entreprise, ou d’accident de la vie…autant d’éléments qui font un profil atypique ; mais autant de rupture qu’il convient de valoriser.

Un parcours peu classique, surprend, interroge, fait douter, et c’est parce que cela saute aux yeux sur le CV qu’il faut en faire une force et non une faille.
Notre travail a été de repérer le fil rouge qui fait le lien entre les expériences et ainsi de présenter des candidats qui apportent des compétences et des qualités que les entreprises ne possèdent généralement pas.
Déjà trois demandeurs d’emploi ont bénéficié de ce nouveau partenariat, et ont stabilisé leur situation par une embauche en CDI ; dans différentes entreprises à fin novembre 2014.

Patricia BELLAND – Directrice PÔLE EMPLOI CADRES Bois-Colombes
« Ce qui noie quelqu’un, ce n’est pas le plongeon, mais le fait de rester sous l’eau. » – Paulo Coelho

Patricia Belland, Directrice PÔLE EMPLOI CADRES Bois-Colombes